Jeronimo: bipédographies

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 28 juin 2017

50 jours, 1000 miles: état des lieux

A propos de la neige, encore, de l'évaporation des Hikers, aussi, du nombre des calories dont j'ai besoin, bien sûr, et des Trail Angels, toujours.

Lire la suite...

Saturday Night Fever: jeune biche pas farouche, chœur de grenouilles et bande de sauvages

Une soirée pas comme les autres, qui donne à penser sur des tas de sujets: la nature animale, la nature humaine etc.

Lire la suite...

vendredi 23 juin 2017

Difficultés et créativité (el camino se hace al andar)

En fait, personne ne fait le même PCT, ni d'une année sur l'autre, ni la même année d'une saison ou d'une semaine à l'autre!

Lire la suite...

Epuisement, découragement, remotivation

Cette neige envahissante dont je ne cesse de parler depuis un moment a profondément modifié les conditions de randonnée.
J'ai dit du PCT que c'était un sentier techniquement facile à cause de son tracé, aussi bien dans la première partie parcourue en Californie du sud cette année que dans la section de haute montagne parcourue en 2015. Mais évidemment, tout cela change quand il n'y a plus de sentier, quand il faut avancer dans la neige dans tous ses états, quand il faut gérer les différents types de stress associés aux traversées de rivière, à la navigation dans un paysage peu hiérarchisé et aux pentes exposées!
Mais le plus difficile a été de m'adapter. Comme je le disais dans le billet précédent, je ne me suis pas rendu compte qu'il fallait que je change de régime alimentaire pour y trouver plus d'énergie. De la même façon, j'ai continué à me fixer des objectifs irréalistes à plus de 20 miles/jour et à me décourager de ne pas les atteindre. Au lieu de prendre les choses comme elles venaient, j'ai regretté de devoir suivre l'itinéraire théorique en pointilles et en faisant des zigzags de sortie et de retour dans la Sierra.
Mais depuis que j'ai intégré ces différents changements, ça va beaucoup mieux!
Et encore mieux après avoir été accueilli deux fois en héros: une fois par les bénévoles qui tiennent la Ranger Station de Carson Pass et m'ont nourri et abreuvé après avoir été surpris de me voir sortir de la montagne, une autre fois par les chers amis qui sont venus de Los Angeles à South Lake Tahoe juste pour me soutenir!

PS: billet corrigé le 13.XI.2017

Comment je me suis perdu dans la neige et retrouvé dans un casino au Nevada!

Après trois jours épiques à me bagarrer avec la neige, les inondations, l'orientation et peut-être surtout mes propres humeurs, quand je suis arrivé à la route qui traverse la Sierra à Sonora Pass (Highway 108) j'ai décidé sur un coup de tête de descendre me remettre d'aplomb à Bridgeport.
J'ai été pris en stop par une adorable famille avec deux enfants, la mère institutrice et le père ancien de la Highway Patrol qui connaissait très bien la région pour l'avoir parcourue tant à pied qu'en voiture. Ce dernier m'a convaincu que je ferai mieux d'aller à Topaz Lake, où ils pouvaient m'emmener et où ils m'ont finalement offert un dîner au restaurant!
Ce qui est très drôle, c'est qu'il s'agissait du restaurant d'un casino, installé du côté de la route qui se trouve dans l'état du Nevada, alors que l'autre côté est en Californie...
J'ai passé la nuit au motel attaché au casino et, en me voyant décharné dans le miroir de ma chambre, j'ai pu réfléchir à l'épuisement dont j'avais souffert dans les jours précédents. Je me suis rendu compte que j'avais gardé la même diète à 2000 kcal/jour que j'utilise dans mes randos estivales de quinze jours, alors que les conditions quasi hivernales de la traversée de la Sierra auraient dû m'amener à augmenter les rations énergétiques dont j'avais besoin! Le soir même, je profitais du "all you can eat spaghettis" du restaurant, le lendemain matin du buffet à volonté et le midi d'un gros "steak n'eggs"...
Après quelques achats au magasin de la station service, je suis remonté en stop dans la Sierra et suis revenu au PCT via Ebberts Pass, en ayant décidé de DOUBLER les quantités que je mangeais. Dans les trois jours qui ont suivi, les résultats ont commence à se faire sentir, tant sur ma forme que sur mon moral!

Il ne suffit pas de mettre un pied devant l'autre

Avant mon départ, à celles et ceux qui s'ébaubissaient de mon projet de marcher plusieurs mois et plusieurs milliers de kilomètres d'affilée, je répondais que cela ne demandait pas de courage et qu'il suffisait de mettre un pied devant l'autre. Dans les trois jours qui ont suivi mon départ de Yosemite Valley, j'ai pu méditer sur cette réponse simpliste, car j'ai dû utiliser au moins trois ou quatre façons différentes de marcher!
PS: billet révisé le 21.IX.17, avec ajout de photos.

Lire la suite...

dimanche 11 juin 2017

Contrastes et transitions rapides: neige de juin et deuxième Zéro! (suite) (photos)

La neige rend peut-être les photos spectaculaires, mais en juin c'est un cauchemar pour un randonneur comme moi, car la progression y est épuisante, dangereuse et hasardeuse...

Lire la suite...

Contrastes et transitions rapides: neige de juin et deuxième Zéro imprévu! (photos)

J'ai été surpris par la rapidité avec laquelle le PCT est passé d'un monde aride dominé par l'absence d'eau, mais où les traces artificielles sont nombreuses, à un monde alpin, désert sans humains, englouti sous la neige et les torrents en crue.

Lire la suite...

samedi 6 mai 2017

Forêt nuageuse à Los Angeles

Samedi matin, dernière sortie d'entraînement avec Phil et Betto, deux amis angelenos qui me rejoindront chacun une semaine sur le PCT. Nous avions choisi l'endroit pour sa proximité et pour la possibilité d'une boucle de 10 miles avec un certain dénivelé: Santa Anita Canyon, dans les monts San Gabriel.

Lire la suite...