Mon PCT a été ponctué par des sentiments forts. Il y a évidemment ce qui se passe sur le chemin, qu'il s'agisse de moments fugaces ou durables, de sensations répétées ou d'émotions uniques; il y a aussi tous les évènements et les rencontres hors du chemin, bien sûr. Il y a enfin les manifestations de l'affection de mes proches...
Depuis le départ, j'ai bénéficié du soutien formidable de mes amis de Los Angeles. Betto, Phil et leurs familles, qui m'ont hébergé et aidé lors de mon séjour de préparation. Betto s'est dévoué ensuite comme logisticien en chef pour assurer l'envoi et la réception de colis. Mes deux amis ont conduit des centaines de kilomètres pour le rendez-vous de Big Bear Lake, puis pour celui de South Lake Tahoe, où ils ont apporté et/ou remporté du ravitaillement et de l'équipement. Dans ces deux cas, Betto a démontré le même génie qu'il a pour dénicher de la bonne musique, pour trouver d'excellents endroits où manger et célébrer l'amitié, qu'il s'agisse d'un restaurant élégant ou d'un "hole in the wall" indien. La perspective de les voir bientôt, et la joie de nos retrouvailles, ont été déterminantes pour me remettre en selle après l'épreuve de la neige dans la Sierra Nevada!
Je me réjouis de retrouver mes amis à L.A. juste avant de rentrer en France. D'ici là, une nouvelle équipe a traversé l'Atlantique pour assurer une assistance volante pendant ma traversée de l'Oregon! En effet, mes parents ont décidé, pas par hasard, de prendre ici leurs vacances d'été... Mon ravitaillement et mon matériel de remplacement ou de complément seront dans leur coffre de voiture, et je les retrouverai chaque fois que j'en aurai besoin, soit à un col, soit à un lieu d'hébergement, pendant trois semaines. Mon sac à dos va donc être encore plus léger qu'il ne l'est déjà. Davantage encore que cet incroyable confort matériel, j'éprouve un profond plaisir à partager avec eux les ambiances du chemin comme celles des campagnes et villages que le PCT survole. En outre, ils ont amené un ordinateur qui me permet non seulement de gagner du temps plutôt que de dépendre des bibliothèques (bien que j'ai développé de la tendresse pour elles), mais aussi d'écrire des billets avec les accents!

Last but not least, j'attends avec impatience depuis le départ, et avec jubilation maintenant qu'il approche, mon rendez-vous le plus important, dans moins de quatre semaines à Seattle... Voilà qui va me motiver pour garder une moyenne à plus de 30 miles par jour!