Difficile de résumer ce dixième de PCT, qui nous a déjà fait passer par une extraordinaire variété d’expériences, que je tente ici de symboliser avec quelques surprises du chemin, dans le désordre:

Surprise 1: il n'y a plus d'Internet Cafe ni d'ordi en libre accès dans les hôtels! Tout le monde semble assumer que tout le monde voyage tout le temps avec son smartphone ou sa tablette, même chez les hikers...

Surprise 2: le mur de la frontière est encore plus monstrueux quand on mesure son emprise absurde dans le paysage! Un sinistre couteau d'acier corrodé dont la ligne sombre tranche les ondulations jaunes des collines de la région. Au terminus sud du PCT, le contraste est terrible entre ce mur sans aucune porte à perte de vue, et le chemin qui part vers le nord, également sans aucune porte à perte de vue...

Surprise 3: le désert verdoyant et florissant devant lequel nous ne pouvons cesser de nous extasier! Nous avons démarré juste après une période de précipitations et à la suite d'un hiver et d'un printemps particulièrement humides... Des gens du pays disent qu'il y a certaines fleurs qu'ils n'avaient pas vues depuis dix ans. Voir : galerie des fleurs

Surprise 4: le PCT en Californie du sud, c'est de la montagne! Nous grimpons, suivons les crêtes et redescendons des chaînes orientées nord-sud dont le versant occidental est couvert de forets et de nuages, alors que le versant oriental domine des ravins arides écrasés de soleil. Entre deux massifs, nous traversons de larges vallées où la chaleur est étouffante quand elles ne sont pas balayées par des vents violents.

Surprise 5: le PCT est une allée bordée d'anges! Pour un randonneur européen, le tracé du chemin est étrange car son inclinaison est toujours faible et il fait donc de gigantesques lacets de plusieurs kilomètres pour gérer les dénivelés. Encore plus étrange, dès que nous apercevons une habitation humaine et alors que nous supposons que le chemin va y passer comme c'est le plus souvent le cas en Europe, où les chemins relient les lieux habités, il nous apparaît que le PCT s'en éloigne systématiquement. C'est frustrant, surtout quand nous sommes assoiffés et que nos bouteilles sont presque vides ! Mais cette "mauvaise" surprise est plus que compensée par une pluie de bonnes surprises: les trails angels. Nous avons d'abord été étonnés de leur apparition dans les lieux parfois les plus inhospitaliers, avant de comprendre que c'est dans ces endroits que des associations caritatives, des bénévoles liés au PCTA, des petites entreprises locales ou d'autres habitants du coin choisissent d'établir des water caches, et assez souvent d'y ajouter des glacières avec des sodas, des fruits, des chips et/ou des gâteaux. Je tâcherai de revenir plus tard sur l'effet que cela produit!

J'ai d'autres surprises à raconter, mais je laisse cela pour une prochaine occasion (dont je ne sais quand elle se présentera), car il y commence à y avoir du monde qui attend cet ordi auquel on m’a gracieusement donné accès dans un magasin UPS.

PS: billet révisé et corrigé le 10.IX.2017