Sans oublier les marcheurs qui ont parcouru l'Ouest américain depuis des dizaines voire des centaines de milliers d'années (traces humaines de 130 000 ans en Californie?), et sans omettre les explorateurs et colons historiques dont le PCT croise les traces (Roadtrip vs. Walktrip), je mets directement mes pas dans ceux des randonneurs qui m'ont précédé sur le chemin dans les dernières décennies.

Chaque année, à peu près 700 personnes réussissent à parcourir complètement le PCT en une seule fois, en partant majoritairement du sud au printemps et en usant plus de quatre paires de chaussures avant d’arriver au Canada après 145 jours de marche à 30 km par jour, en moyenne (Note). Un nombre indéterminé, mais représentant probablement plusieurs centaines de personnes, échouent à achever l’itinéraire, à cause de blessures ou de maladies pour plus de la moitié d’entre elles. A côté de ces Thru-hikers, des milliers d’autres randonneurs empruntent des parties du PCT : tandis que les Section-hikers randonnent en autonomie pendant plusieurs jours, il y a aussi des promeneurs à la journée qui rayonnent à partir des accès routiers. On croise aussi sur le sentier des gardes, des forestiers, des pêcheurs ou chasseurs. Enfin, on peut aussi rencontrer d’autres habitants des environs dans les hameaux traversés ou dans les bourgs atteints pour se ravitailler.

A l’instar du chemin de Compostelle et de quelques autres grands itinéraires pédestres, le PCT donne lieu à une abondance de narrations. PCTA a recensé une centaine d’ouvrages, auxquels s’ajoutent de nombreux récits sur Internet, qui présentent le cheminement comme une « aventure » ou une « odyssée » marquée par une quête de soi-même dans le splendide mais inquiétant isolement de la nature sauvage. Le plus connu de ces livres est sans doute celui de Cheryl Strayed, Wild: From Lost to Found on the Pacific Crest Trail, devenu un best-seller avant d’être adapté au cinéma en 2014. Bon livre, mauvais film: l'introspection de l'auteure est très mal rendue par le scénario et par l'actrice.

Parmi les récits qui ont joué un rôle important dans ma préparation, je retiens en particulier ceux de Halfway Anywhere, Jeanjacques et Nolok.

Note sur les sources: PCTA et enquête 2016 réalisée par Halfway Anywhere; 70% des thru-hikers sont venus des Etats-Unis (en provenance de 37 états différents) et 7,5% du Canada. L’Australie, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne ont fourni chacun entre 4,5 et 3% de l’effectif ; les 8% restants sont arrivés de 11 autres pays européens, du Mexique, d’Afrique du sud, d’Israël, d’Inde et de Nouvelle Zélande. Deux tiers sont des hommes. Les moins de 20 ans ne sont que 2% mais les 20-29 ans représentent 45 % du total (30-39 ans : 28%; 40-49 ans : 11%; 50-59 ans : 10%; 60-69 ans : 5%). 87 % des répondants se sont identifiés comme « Caucasian ».