March 2017, Pic d'Anie, Pyrénées

Le minimalisme consiste donc, comme son nom l'indique, à emporter le strict minimum, que ce soit en randonnée (Ultralight Backpacking) ou en course à pied (Barefoot or Minimalist Running).

On peut discuter interminablement de ce minimum, car ce qui est strictement nécessaire à l'un ne l'est pas forcément pour l'autre. Néanmoins, pour s'alléger il faut fondamentalement trois principes:

  1. commencer par réfléchir sérieusement à toutes les choses dont on peut se passer, dont on découvre vite qu'elles sont beaucoup plus nombreuses qu'on ne le pense au départ! Cette phase d'allègement "mental" est la plus importante;
  2. une fois réduite la liste des objets à emmener, l'étape suivante consiste à sélectionner des objets qui peuvent avoir plusieurs usages: par exemple les bâtons de marche qui servent à monter l'abri, les vêtements chauds qui peuvent s'empiler et renforcer la capacité thermique du sac de couchage, ou le bandana qui protège de la sueur, du vent et du froid tout en pouvant servir de serviette ou de bandage;
  3. enfin, la dernière étape est celle où on sort son porte-monnaie, sa machine à coudre ou son génie de la récupération, pour acheter ou fabriquer les pièces d'équipement les plus légères qui soient.

Il arrive que le meilleur objet ultra-léger soit issu de la récupération et/ou du détournement:

  • petites cuillères: glaces Hagen-Dasz
  • bols: soupes surgelées Picard
  • gourdes: bouteilles d'eau gazeuse (solidité du plastique)
  • serviette de bain: serpillère en microfibre à 1€, redécoupée au minimum (garder les chutes pour en faire des lingettes de nettoyage de la vaisselle)
  • tapis de sol: pare-soleil de voiture découpé et assemblé avec du duct tape
  • gants solides, légers et respirants: catégorie II achetés en magasin de bricolage
  • etc.

Suivant ces principes, voici l'essentiel de mon équipement pour le PCT, dans un contexte où je recherche une grande polyvalence et solidité pour supporter, pendant quatre mois de marche en continu, des variations allant de la chaleur et de l'aridité des déserts sud-californiens à l'extrême pluviosité de la chaîne des Cascades, en passant par les sommets gelés et enneigés de la Sierra Nevada :

1) Chaussures de course en montagne, <500g la paire

Il existe un débat spécifique sur les chaussures minimalistes ou "barefoot", avec lesquelles l'usager cherche à interférer le moins possible avec le fonctionnement du pied. Il faut donc que les chaussures soient les plus basses, les souples, les plus légères et respirantes, tout en gardant un niveau de protection suffisant. C'est parmi les chaussures de course en montagne (trail running) que l'on trouve les modèles avec une bonne accroche à la fois minimalistes, protecteurs vis-à-vis des chocs, et résistants à l'abrasion. J'ai prévu quatre paires de chaussures (une paire par mois), aux caractéristiques variant selon les terrains : les modèles les plus minimalistes pour le début dans le désert d'une part et la fin dans les montagnes pluvieuses d'autre part, et les modèles les plus solides et accrocheurs pour les parties dans la haute montagne et les terrains volcaniques très abrasifs. Il est donc programmé d'envoyer au fil de la marche des colis avec les chaussures et le reste du matériel de remplacement.

2) Couchage: 1750g

  • bâche (tarp) 300 cm x 240 cm, montée avec les bâtons de marche dans une variété de positions (canadienne ouverte ou fermée, tipi, auvent...) en fonction du temps prévu pendant la nuit (vent, pluie, condensation, etc.); 340g avec les tenders et sardines (tissu très solide, très léger et très cher: Cuben Fiber);
  • moustiquaire: 85g pour le modèle solo, 125g pour le modèle duo;
  • tapis de sol individuel en papier-plastique (Tyvek) pour isoler le sac de couchage de l'humidité et de la saleté du sol, 210x80cm, 95g;
  • matelas en mousse très isolant, recoupé à la longueur dont j'estime avoir besoin: 150cm (parfait pour dormir sur le côté), 325g;
  • sac de couchage: quilt sans dos (c'est le matelas qui isole) et sans capuche (remplacée par un bonnet ou la capuche de la doudoune s'il fait froid), garni de 250g de duvet de très grande qualité, 465g;
  • sac à viande en soie, soit pour renforcer la chaleur du duvet et le protéger de la saleté, soit pour l'utiliser seul quand il fait très chaud ou dans les refuges, 115g
  • bâtons de marche, qui servent de mats pour l'abri: 322g

3) Vêtements: au maximum 2215g (en haute montagne)

Laine mérinos: tout en double (un jeu sur soi, un jeu propre au sec dans le sac)

  • Chaussettes de course, 80g;
  • Slips, 80g;
  • Hauts à manches longues (pour protéger du soleil, du vent, du froid): une chemise 275g, un maillot avec col zippé 175g

Thermiques: 890g

  • collant, 125g
  • pull-anorak, 156g
  • doudoune en duvet embarquée pour le segment de haute montagne, 352g
  • Tube-foulard en mérinos, 42g
  • mitaines en mohair et soie, 40g
  • écharpe en soie, 33g
  • chaussettes imperméables et respirantes en laine (servent de chaussons chauds pour la nuit): modèle à 136g pour la haute montagne (porté aussi pour les longues traversées de névés), modèle à 68g ensuite

Protection contre la pluie: 325g

  • veste, 88g
  • surpantalon, 100g
  • surgants, 22g
  • poncho embarqué à partir de la haute montagne, 115g

Autres: 390g

  • Chapeau, 40g
  • Gants de bricolage (catégorie II), 31g
  • Pantalon, 260g
  • Mini-guêtres, 23g
  • foulard de coton (bandana), 35g

4) Hydratation, cuisine, hygiène, sécurité, orientation (max. 2550g)

  • Hydratation (150g): 2 bouteilles rigides de 60cl, 2 poches à eau de 2L
  • Cuisine (240g): 2 bols et 2 cuillères en plastique de récupération, popote en titane de 55cl, réchaud à gaz et réchaud à alcool
  • Conteneur alimentaire anti-ours 11L pour la partie obligatoire (1162g)
  • Hygiène et soins (200g): serviette et gant de toilette, brosse à dent, pelle, lavabo pliable, trousse de secours
  • Sécurité et orientation (1000g): couteau suisse, cordelette, kit couture et réparations, lunettes, sifflet, boussole, montre-altimètre, lampes, liseuse avec carto et topos, téléphone, crampons et piolet pour la haute montagne.

5) Consommables: aliments, gaz etc.: 700g par jour d'autonomie, + X litres d'eau selon circonstances

Poids minimum des affaires toujours sur soi: 1,5kg

Poids du sac à dos sans consommables: entre 4 et 6,5kg selon la région

Poids maximum du sac à dos avec consommables pour une semaine: 11 à 14kg

PS: photo (pas très parlante) des quatre piles de matériel correspondant à chaque mois de rando

PS du 5 nov. 2017: voir le bilan du matériel que j'ai utilisé sur le forum "Randonner léger"