Jeronimo: bipédographies

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 13 juillet 2017

Dis Papa, c'est encore loin l'Oregon? C'est bon fiston, on y est!

Le PCT, c'est grosso modo 1700 miles qui serpentent en Californie, puis 500 dans l'Oregon et 500 dans l'état de Washington. Pour atteindre la frontière Californie/Oregon, j'ai eu besoin de 65 jours pour 1430 miles, compte tenu de mes pointillés et zigzags.

mardi 11 juillet 2017

Soutien logistico-affectif: les "Flying Frenchmen" prennent le relais de "L.A. Brotherhood"!

Si les Trail Magics reposent sur la surprise, il y a d'autre bonheurs qui viennent au contraire du fait qu'ils sont attendus, comme les rendez-vous.

Lire la suite...

Trail Magics at a Mexican restaurant: l'hospitalité de Stan et Annique

Les Trail Angels n'ont pas le monopole de la générosité.

Lire la suite...

Photos: du Mt Lassen aux Trinity Alps, en passant par le Mt Shasta

Magnifique partie du PCT, où s'enchaînent les crêtes et balcons avec des vues dégagées sur les environs. Il fait chaud, et les bugs obligent à dîner et dormir sous la moustiquaire.

Lire la suite...

Trail Magics at the Bridge: Puzzler et Robby tombent à pic

Une classique bonne surprise avec des Trail Angels qui sont "at the good place at the good moment"!

Lire la suite...

Post Offices & Public Libraries: remarquables services

Comme je l'ai déjà dit sous une autre forme, "faire" le PCT, ce n'est pas seulement mettre un pied devant l'autre sur le sentier (et parfois cela ne suffit pas...), c'est aussi descendre en ville. Au début, ces ravito "off the trail" ont plutôt été une source de stress, tant il était compliqué de trouver tous les services que je cherchais dans un temps contraint. Mais j'ai fini par être admiratif devant deux des services publics que j'ai beaucoup utilisés, la poste et la bibliothèque.

Lire la suite...

vendredi 7 juillet 2017

Bonhomme et sac allégés de 10kg...

...plus une nouvelle gestion du carburant: le compteur monte a 50km/jour!

Lire la suite...

Trail Magics at the Library: l'apparition de Sarah

Une des meilleures choses avec les Trail Magics, c'est la surprise: ils apparaissent quand (et ou) on ne les attend pas!

Lire la suite...

lundi 3 juillet 2017

Thanks To The Thompsons: First Trail Goodies in 700 miles

Thompsons Trail Goodies

Monotonie, ennui, claustrophobie

Dans un billet precedent, je fais allusion au fait qu'il se passe parfois des heures sans que rien ne semble changer aux alentours: un horizon compltement bouche par les arbres, une topographie peu accidentee.
Il y a donc des sections particulierement monotones, ou je retrouve quelque chose que j'avais deja ressenti avant d'entrer dans les sections dominees par la neige (ou toute mon attention s'est consacree aux difficultes): un certain sentiment d'ennui.
Mais le fait d'etre pendant une demi-journee sans rien voir d'autre que les arbres ajoute maintenant un peu de claustrophobie....
Monotonie

En ecrivant ceci, je pense a JFS, le seul ami qui se permet l'ironie d'affirmer que marcher des heures c'est ennuyeux et fatigant et qu'il n'en voit pas l'interet!
Je pense aussi a MKS, car elle m'a encourage a tenir un journal et il s'avere que c'est pendant ces heures monotones que je concois et developpe des projets de billet pour le blog!

Premier ours et fin du Bear Canister

C'est au 54e jour de marche que j'ai croise "mon" premier ours:
Premier Ours
J'ai particulierement pense a mes nieces, avec qui nous avions visite l'expo consacree aux ursides au Museum et appris que les ours noirs n'etaient pas uniquement de cette couleur...

C'est un peu paradoxal, mais c'est aujourd'hui que j'espere m'alleger en me debarassant de la boite a ours, qui n'est plus obligatoire en sortant du Lassen Volcanic National Park!

Cretes du nord vs. Cretes du sud

Principal changement dans les paysages depuis que je suis sorti de la "High Sierra" (et de la neige!): alors que les cretes du sud (grosso modo jusqu'a Sonora Pass) permettaient depuis le depart d'apprecier le contraste saisissant entre les horizons forestiers de l'ouest et les plongees vertigineuses vers les deserts de l'est, les cretes du nord sont tres differentes.
Dans un environnement domine par le volcanisme, on progresse pendant de longues heures sans visibilite sous le couvert forestier d'une topographie bosselee, avant d'acceder a des cretes ou s'ouvrent des vues degagees sur les grands cones qui chacun dominent leur region: d'abord les Sierra Buttes, ensuite le Mt Lassen, prochainement le Mt Shasta?

Cretes volcaniques

mercredi 28 juin 2017

50 jours, 1000 miles: etat des lieux

a propos de la neige, encore, de l'evaporation des Hikers, aussi, du nombre des calories dont j'ai besoin, bien sur, et des Trail Angels, toujours.

Lire la suite...

Saturday Night Fever: jeune biche pas farouche, choeur de grenouilles et bande de sauvages

Une soiree pas comme les autres, qui donne a penser sur des tas de sujets

Lire la suite...

vendredi 23 juin 2017

Difficultes et creativite (el camino se hace al andar)

En fait, personne ne fait le meme PCT.

D'abord parce que ce sentier est une creation ex nihilo au 20e siecle, dont le trace n'est pas stabilise car il doit continuer d'etre modifie chaque annee en fonction des proprietaires prives ou des agences gouvernementales qui imposent des changements.
Ensuite, le trace sur la carte peut etre le meme quand l'experience de marche sera completement differente une annee de grande secheresse comme 2015 et une annee de neige abondante comme 2017.
La meme annee, l'experience ne sera pas la meme pour ceux qui ont traverse le desert quand il y pleuvait et ceux qui s'y trouvaient quand les plantes ont fleuri, pour ceux qui sont passes dans la neige avant, pendant ou apres la fonte, etc.
Cette annee, avant d'aborder la Sierrra, la neige etait le principal sujet de discussion des Thru-Hikers au sujet de la strategie a avoir. Beaucoup inventaient de nouvelles variantes consistant a suspendre la randonnee et y revenir plus tard, ou voyager plus au nord pour faire le PCT vers le sud et revenir dans la Sierra quand elle serait deneigee, etc.
Finalement, j'ai fait comme les autres: j'ai fait mon propre chemin, en pointilles et en zigzags.

Epuisement, decouragement, remotivation

Cette neige envahissante dont je ne cesse de parler a profondement modifie les conditions de randonnee.
Alors que je disais du PCT que c'etait un sentier techniquement facile a cause de son trace, aussi bien dans la premiere partie parcourue en Californie du sud cette annee que dans la section de haute montagne parcourue en 2015, evidemment, tout cela change quand il n'y a plus de sentier, quand il faut avancer dans la neige dans tous ses etats, quand il faut gerer les differents types de stress associes aux traversees de riviere, a la navigation dans un paysage peu hierarchise et aux pentes exposees.
Mais le plus difficile a ete de m'adapter. Comme je le disais dans le billet precedent, je ne me suis pas rendu compte qu'il fallait que je change de regime alimentaire pour y trouver plus d'energie. De la meme facon, j'ai continue a me fixer des objectifs irrealistes a plus de 20 miles/jour et a me decourager de ne pas les atteindre. J'ai regrette de devoir suivre l'itineraire theorique en pointilles et en faisant des zigzags de sortie et de retour dans la Sierra.
Depuis que j'ai integre ces differents changements, ca va beaucoup mieux!
Et encore mieux apres avoir ete accueilli deux fois en heros, une fois par les benevoles qui tiennent la Ranger Station de Carson Pass et m'ont nourri et abreuve apres avoir ete epates de me voir sortir de la montagne, une autre fois par les chers amis qui sont venus de Los Angeles a South Lake Tahoe juste pour me soutenir!

Comment je me suis perdu dans la neige et retrouve dans un casino au Nevada!

Apres trois jours epiques a me bagarrer avec la neige, les inondations, l'orientation et mes propres humeurs, je suis arrive a la route qui traverse la Sierra a Sonora Pass et j'ai decide de descendre me remettre d'aplomb a Bridgeport.
J'ai ete pris en stop par une adorable famille avec deux enfants tres agreables, la mere institutrice et le pere ancien de la Highway Patrol qui connissait tres bien la region pour l'avoir parcourue tant a pied qu'en voiture. Ce dernier m'a convaincu que je ferai mieux d'aller a Topaz Lake, ou ils pouvaient m'emmener et ou ils m'ont finalement offert a diner au restaurant!
Ce qui est tres drole, c'est qu'il s'agit du restaurant d'un casino, installe d'un cote de la route qui se trouve dans l'etat du Nevada, alors que l'autre cote est en Californie...
J'ai passe la nuit au motel attache au casino, et j'ai pu reflechir a l'epuisement dont j'avais souffert dans les jours precedents en me voyant decharne dans le miroir de ma chambre. Je me suis rendu compte que j'avais garde la meme diete a 2000 kcal/jour que j'utilise dans mes randos estivales de quinze jours, alors que les conditions quasi hivernales de la traversee de la Sierra auraient du m'amener a augmenter les rations energetiques dont j'avais besoin! Des le soir meme, je profitais du "all you can eat spaghettis" du restaurant, le lendemain matin du buffet a volonte et le midi d'un gros "steak n'eggs"...
Apres les quelques achats necessaires au magasin de la station service, je suis remonte en stop dans la Sierra et suis revenu au PCT via Ebberts Pass, en ayant decide de DOUBLER les quantites que je mangeais. Dans les troijs jours qui ont suivi, les resultats ont commence a se faire sentir...

Il ne suffit pas de mettre un pied devant l'autre

A celles et ceux qui s'ebaubissaient de mon projet de marcher plusieurs mois et plusieurs milliers de kilometres d'affilee, je repondais de facon simpliste que cela ne demandait pas de courage et qu'il suffisait de mettre un pied devant l'autre. Dans les trois jours qui ont suivi mon depart de Yosemite Valley, j'ai pu mediter sur cette question. Il a fallu deployer au moins trois ou quatre facons differentes de marcher!

Lire la suite...

24h a Yosemite Valley: un exemple de (des)organisation

La (des)organisation, c'est la mienne! Dans ce cas elle repond a l'organisation specifique du principal centre de service du parc national.

Lire la suite...

jeudi 15 juin 2017

De Mammoth Lakes a Yosemite Valley

Finalement, j'ai pris un bus de Bishop a Mammoth Lakes. Il s'agit d'une grosse station de sport d'hiver, encore ouverte en ce mi-juin (personne sur les pistes car elles viennent de fermer pour la journee):
P1030026-min.JPG

De la, je pars pour mon prochain point de ravitaillement, Yosemite Village, pretexte a aller voir les celebres Big Walls de granit de 1000m de haut.
En route:
P1030052-min.JPG

Thousand Island Lake:
P1030057-min.JPG

Du haut de Donohue Pass (alt. 3350m), au milieu on observe la trouee deneigee que forme la vallee de Tuolomne Meadows:
P1030064-min.JPG

Entre Tuolomne Meadows et le coeur du parc de Yosemite, j'emprunte le John Muir Trail pour descendre depuis Cathedral Pass:
P1030083-min.JPG

Toujours autant de neige, une progression toujours aussi lente et fatigante:
P1030087-min.JPG

Et puis soudainement, a 2500m d'altitude, plus de neige! Ca fait du bien...
P1030095-min.JPG

Enfin, en approchant Yosemite Village, le Half Dome et les chutes Nevada:
P1030112-min.JPG

Mammoth Lakes et Yosemite Village sont tous deux ultra-touristiques, mais dans des genres ultra-differents.
La premiere est dominee par la logique du business et de la promotion immobiliere; la montagne y est entierement transformee en parc a theme ou centre de glisse.
Le second est entierement gere par le National Park Service avec une insertion assez incroyable de tous les equipements dans le fond de la vallee, sous le couvert des pins.
Ce qui est rigolo, c'est que dans les deux cas, un service de bus gratuit dessert en boucle tous les lieux importants...

Demain, avec mon ravito pour 7 jours, je repars vers les hauteurs et la neige...

- page 2 de 3 -